Retour sur utilisation du Ranger en Amérique du Sud

Pour la bidouille et problèmes mécanique
Répondre
andré
Messages : 366
Enregistré le : dim. 27 sept. 2015 10:45

Retour sur utilisation du Ranger en Amérique du Sud

Message par andré » jeu. 30 mai 2019 10:29

RETOUR SUR L'UTILISATION DU RANGER EN AMÉRIQUE DU SUD

Suite à mon post sur le sujet concernant les schnorkels du ranger et l'eau, on m'a posé en MP la question du retour sur l'utilisation du ranger en Amérique du sud. J'ai donc fait ce post pour en faire profiter tout le monde. Et apporter une note positive au débat.

Voyage 8 mois (et il faut bien ça!) – 37 000 km - Uruguay - Argentine - Chili
Ranger 2,2 litres année 2014 (sans ad blue avec FAP) – VASP Cellule K-Hutte 2,65 m – en charge 3000 kg
Aucune modification ou préparation moteur – Pas de schnorkel
Le véhicule a 88 000 km au retour, ayant auparavant parcouru l'Europe et l'Islande sans soucis particulier.

Trajet: Montévidéo – Salta – Mendoza – Ushuaia – Villa O'Higgins – Antofagasta – Arica – San Pedro de Atacama – La Quiaca – Salta – Iguazu – Montévidéo.
Réservoir supplémentaire en aluminium latéral 40 litres avec pompe de transfert Facet et décanteur DSC1
Filtre à gasoil additionnel Racor FG500 cartouches 30µ
Autonomie 1000 km – consommation 11 à 12 litres (12 litres en parcours pistes à 4000 m)
Il est très utile d'avoir une réserve de carburant car certaines zones sont mal desservies en pompes ou parfois mal approvisionnées.

Suspension:
- Avant ressorts d'origine + amortisseurs Proflex réglables à bombonnes séparées
- Arrière kit JSA bilame en sus des lames d'origine (en fait addition d'une lame) + amortisseurs Proflex réglables à bombonnes séparées. Un très bon compromis qui procure du confort et qui est facile à régler si besoin, en fonction du terrain. Point important car il y a beaucoup de tôle ondulée, les amortisseurs souffrent.

Le ranger est un véhicule agréable confortable et moderne. Certains diront trop moderne avec de l'électronique.
Mais l'électronique et le turbo ont leurs avantages: le moteur ne déclare pas forfait au dessus de 3000 m comme les anciens moteurs atmosphériques ou sans électronique qui s'écroulent dès cette altitude avec un gros panache de fumée noire. Le ranger a du nerf même à 4000 m. Certes en altitude il y a un trou au démarrage avant que le turbo n'entre en fonction, mais ensuite tout marche normalement et sans fumée.

Le seul problème rencontré a été une mise en mode dégradé du moteur suite à un problème de bouchage du FAP (ou du tuyau en amont immédiat du FAP, ce qui est plus plausible) au tout début du voyage. Il est fort probable que le problème préexistait déjà en Europe et qu'il était dû à une trop grande utilisation à bas régime au dessous de 2000 tours.

L'OBD 2 et le logiciel Forscan Lite m'ont permis d'afficher sur ma tablette le défaut et ses paramètres. Défaut qui ne pouvait pas être supprimé bien entendu sans intervention mécanique préalable.
Le voyant du FAP lui même ne s'est pas allumé mais le logiciel indiquait un bien défaut de FAP.
Le mode dégradé permet de rouler à puissance réduite, mais nous avons quand même pu finir de monter un col à 4000 m et rejoindre le garage ford à 150 km (Jujuy). Nous y avons été très bien reçus et le problème attaqué sur le champ: nettoyage au karcher et régénération forcée.
Et tout est rentré dans l'ordre. Coût pour 6 heures de travail: 80€

Plus aucun problème durant les 33 000 km restants. J'ai simplement pris soin de ne pas trop descendre en dessous de 2000 tours pour éviter de produire des suies. Pas d'utilisation de la 6ème en dessous de ce régime, correspondant en gros à 105-110 km/h. En général on roule plutôt à 90.
Nous avons effectué de nombreux parcours longs entre 3000 et 4700 m sur la Puna sans aucun problème.
Le record d'altitude a été le col d'Abra del Acay à 4890 m. Donc l'altitude n'a aucune influence sur le FAP, à condition que le gasoil soit bien Euro V comme c'est maintenant le cas partout en Uruguay
(S10), en Argentine (y compris dans les endroits reculés comme le paso de Jama, Susques ou Tres Lagos) et au Chili. On trouve facilement de l'add blue utilisé par les camions.

Un petit défaut récurrent est l'allumage intempestif épisodique, mais rare, du voyant de qualité d'huile (burette orange) mais on y est habitués depuis le début et on l'ignore. Sans doute un dysfonctionnement du dispositif.

On a bien sûr apprécié la climatisation et le filtre d'habitacle, encore un avantage des véhicules modernes. Quasi pas de poussière à l'intérieur.
Trés bien aussi l'affichage de l'autonomie sur les parcours sans gasoil.

Vidanges: tous les 10 000 km à cause de la poussière omniprésente. Huile 5w30 norme Ford.
En Argentine et au Chili : huile YPF Elaion F50E 5W30 (huile utilisée par l'usine Ford argentine dans les ranger). Vidanges chez Ford (ou Quick Lane) ou chez YPF (on ne paye que l'huile).
Attention Ford Chili utilise de la 5W40 dans les Ranger. Mieux vaut aller dans un lubricenter Elaion pour avoir de la 5W30, le moteur tournera bien mieux et l'huile refroidira mieux.
Penser à emporter des bouchons de carter (le joint n'est pas dissociable et ce n'est pas donné). Il est préférable de le changer toutes les 2 vidanges.

Filtres: apporter ses filtres à huile et à gasoil (ça ne pose aucun problèmes aux garages). Les références sont presque identiques, il est possible que la lettre différente soit seulement celle indiquant le fournisseur, mais dans le doute..
Les filtres à air et d'habitacle sont identiques et bien moins cher qu'en France.
La qualité et la propreté du gasoil n'ont pas posé de problème.

L'absence de schnorkel n'a pas posé problème, il suffit de nettoyer le filtre de temps en temps et de le changer tous les 10/15 000 km. Il est utile de mettre une mousse à grosse maille autour du tuyau qui vient de l'aile en entrée de filtre pour limiter l'entrée de poussière. D'ailleurs sur place il n'y a quasiment aucun schnorkel sur les pick ups. Il n'y a pas, à moins de chercher l'extrême, de gués très profonds.

Réglage du parallélisme à Punta Arenas : matériel ultra moderne et travail impeccable réalisé sur le champ. Les français pourraient prendre des cours de commerce en Amérique du Sud !

Pneus: la dimension des pneus du ranger est courante et on trouve du BF Goodrich plus facilement au Chili, mais il y en a aussi en Argentine.
On en a changé 2 à La Serena (Chili) à cause de leur usure et du problème de parallélisme (pas neufs au départ). Commandés le soir montés le lendemain matin. Un peu plus cher qu'en France.
2 crevaisons. Nous avions une seule roue de secours avec un pneu neuf.

Le fait de débrancher le moins de la batterie pour la mise en container ne pose aucun problème à l'arrivée.

Et puis pour finir: il y a des Ranger partout, on en croise des dizaines. Les garages connaissent bien le véhicule. Il ont maintenant le même modèle 2,2 L qu'en Europe 150 CV avec FAP.
Bien entendu en Argentine il se peut qu'on soit obligé de commander certaines pièces et là le délai peut monter à 10 jours, mais c'est pareil pour toutes les marques du fait de l'immensité du pays. C'est un peu plus rapide au Chili.

Alors ancien ou moderne.. ?
C'est une question que je m'étais posée à l'achat du Ranger, mais...
essayez de trouver des pièces pour un HZJ 79 en Argentine….. ! Pas de pannes diront certains. Pour moi le véhicule incassable et inusable n'existe pas et se faire envoyer des pièces en Argentine (ou ailleurs) est long et compliqué à cause des restrictions et lourdeurs douanières.

Ce voyage m'a conforté dans l'idée qu'on peut très bien voyager avec des véhicules modernes quitte à défaper si on veut continuer vers la Bolivie, l’Équateur et la Colombie qui n'ont pas de gasoil Euro 5. On a vu plusieurs Ranger avec cellule en stockage à Nueva Helvetia et de nombreux Sprinter et Iveco récents en cours de route.

FanFan
Messages : 81
Enregistré le : mar. 30 mai 2017 14:28

Re: Retour sur utilisation du Ranger en Amérique du Sud

Message par FanFan » jeu. 30 mai 2019 16:26

De notre côté, la précédente génération de ranger (idem bt50) a parfaitement fait le travail même avec des gasoil pourris de Bolivie. Pour la faciliter à trouver des pièces, aucune idée, on a zéro problème!
:basque:

En voyage pour une année en Amérique !

www.hordago.fr

Avatar du membre
dakure 25
Messages : 5035
Enregistré le : dim. 28 nov. 2010 19:27
Localisation : 25 doubs
Contact :

Re: Retour sur utilisation du Ranger en Amérique du Sud

Message par dakure 25 » sam. 1 juin 2019 15:20

Ben j'avais posé un message l'autre jour....
Merci André pour ces informations et ce retour d'expériences. ;-))
Ford Ranger simple cabine, K-Hutte 2.70 toit relevable complet.

Ca ne sert à rien de jouer au con, ce sont toujours les mêmes qui gagnent..

Fernand
Messages : 651
Enregistré le : ven. 19 nov. 2010 22:13
Localisation : Avignon

Re: Retour sur utilisation du Ranger en Amérique du Sud

Message par Fernand » sam. 1 juin 2019 18:22

En revanche le 3.2 n'est pas connu, la concession de Salta ne pouvait pas intervenir sur le mien..
http://www.casimages.com/img.php?i=1703 ... 275831.jpg
J'ai l'intention de vivre éternellement,
pour le moment tout se passe comme prévu.

andré
Messages : 366
Enregistré le : dim. 27 sept. 2015 10:45

Re: Retour sur utilisation du Ranger en Amérique du Sud

Message par andré » sam. 1 juin 2019 23:07

Bizarre parce qu’on rencontre au moins 50% de 3,2 L en Argentine et au moins 60% au Chili.
Sans doute un manque de disponibilité de moteurs en échange standard, pénurie qui existe aussi ici en Europe.

Répondre

Retourner vers « Allo docteur mécanique »